Panthéon : Kingdomino

Publié le : 25/09/2019 - Catégories : Coups de coeur

Chaque trimestre dans le magazine Faites Vos Jeux, disponible avec nos box, nous avons l’honneur d’introduire un nouveau jeu au Panthéon Ludum. Jeu marquant, reconnu, primé ou parfois inconnu, nous revenons sur un jeu qui a marqué notre vie de joueur. Ce trimestre cet honneur est réservé à Kingdomino de Bruno Cathala, aux éditions Blue Orange.

Un jeu à part

Kingdomino a une place toute particulière dans notre coeur et notre ludothèque et c’est pourquoi nous avons souhaité revenir sur lui en premier lieu.

Kingdomino incarne à lui seul ce que nous souhaitons faire chez Ludum. Il dépoussière avec élégance et astuce l’un des plus grands classiques du jeu, à savoir les dominos. Il est malin, accessible à tout âge, fédérateur et complètement addictif si l’on s’y adonne en profondeur.>

À ce titre Kingdomino a d’ailleurs reçu le prix de la critique au Spiel Des Jahres 2017, la récompense la plus emblématique dans le monde du jeu société.

Le marché du jeu de société propose actuellement près de 500 nouveautés par an, rares sont les jeux du calibre de Kingdomino qui sauront se faire une place de choix dans les ludothèques de chacun. Vous le découvrez, vous y jouez, y rejouez et le partagez toujours avec le même plaisir.

Comment ça marche ?

L’objectif est simple vous devez constituer à l’aide de dominos représentant différents types de contrées (Plaine, Champs, Forêt, Lac, Marécages et Mines) le plus faste des royaumes.

Certains dominos présentent également des couronnes (de 1 à 3) ayant une importance cruciale dans le décompte des points.

Quelques règles à respecter pour la pose de vos dominos : 

  • la connectivité : la plaine se colle à la plaine, la forêt à la forêt… Vous démarrez d’une case centrale (votre château) pouvant se connecter à n’importe quel domino.
  • la superficie : Votre royaume doit être contenu dans un carré de 5x5 cases. Si vous ne pouvez respecter ces règles, vous ne pouvez pas poser votre domino.

Une fois que chacun a joué l’ensemble de ses dominos, l’on procède au décompte des points. Pas besoin d’un doctorat, le calcul est plutôt simple, chaque contrée du royaume (cases de même nature adjacentes) rapporte un nombre de points de victoire égal au Nombre de cases x Nombre de couronnes ! (d’où l’importance des couronnes). 

Sans grande surprise, c’est le joueur qui a le plus de points qui gagne ; et c’est très souvent moi. Je vous conseille donc de ne pas m’inviter à votre première partie. :)

Toute l’astuce de Kingdomino réside dans la manière dont sont répartis les dominos aux différents joueurs : À chaque tour, autant de dominos que de joueurs sont mis à disposition face visible au centre de la table dans un ordre spécifique. Cet ordre, défini par des numéros au dos des dominos, fait que plus le domino auquel vous accédez vous est bénéfique, plus votre choix sera réduit pour le prochain tour.

Cette mécanique vous impose d’effectuer à chaque tour un choix tactique, vous demandant de choisir entre : vous avantager, vous positionner pour le prochain tour ou bloquer un autre joueur. Et qu’on se le dise, nous sommes au Moyen-Âge, n’imaginez pas gagner en construisant votre hutte dans votre coin et en ramassant les dominos qui traînent ! Ici, on veut du royaume qui claque, alors il va falloir se remuer la cuirasse pour récupérer les dominos qui vous intéressent.

Un jeu indispensable

Ronflant comme titre n’est ce pas ? Mais il faut pourtant bien se rendre à l’évidence, ce jeu est une perle. Kingdomino est un jeu intergénérationnel, redonnant toute sa noblesse au jeu familial. Derrière une apparente simplicité, se cache une profondeur inattendue ; profondeur d'ailleurs soutenue par un mode 2 joueurs élargissant la limite des royaumes. Les joueurs les plus aguerris se surprendront à très rapidement compter les dominos pour affiner leurs tactiques.

C’est pour moi le jeu parfait pour faire plonger un profane dans l’univers du jeu moderne. Facile à transporter, à mettre en place et à expliquer, Kingdomino offre des heures et des heures de jeu pour des parties sans cesse renouvelées. N’est-ce-pas là l’essence même d’un grand jeu ? Pour moi c’est un énorme oui. Grand amateur du travail de son auteur Bruno Cathala, il s’agit pour moi ici de son chef d'oeuvre : un jeu intemporel et universel.

Vincent

On aime

  • Un jeu intemporel et intergénérationnel
  • La rejouabilité accrue
  • La qualité du matériel
  • Les illustrations de Cyril Bouquet

La famille Kingdomino

Queendomino

Queendomino peut se jouer indépendamment ou se combiner avec son grand frère Kingdomino, permettant ainsi de jouer jusqu’à 6 joueurs. Il ajoute une nouvelle dimension stratégique avec la présence de bâtiments et de chevaliers.



Voir détails sur la boutique

Kingdomino - L’Âge des géants

L'âge des géants est une extension, combinable avec soit Kingdomino soit Queendomino. Il renouvelle l’expérience en ajoutant des interactions entre les joueurs (les géants) et des quêtes supplémentaires. Indispensable pour les accrocs aux dominos royaux !



Voir détails sur la boutique

Kingdomino Duel

Dernier arrivé de cette belle famille, vous y retrouverez l’essence de Kingdomino associé au hasard des dés et un nouvel aspect statégique offert par les pouvoirs du grimoire, tout ça dans un format réduit.



Voir détails sur la boutique

Partager cette découverte

Ajouter un commentaire

 (avec http://)