Besoin d'aide ?


Une question sur un jeu ? Sur nos box ? Besoin d'aide sur une commande ? Nous sommes là pour vous aider :)

Besoin d'aide ?

Premier avis sur Bunny Kingdom

Publié le : 26/03/2020 - Catégories : Premiers pas

Découvrez notre premier avis sur Bunny Kingdom : Un jeu de société de Richard Garfield, illustré par Paul Mafayon et édité par IELLO. Jouable de 2 à 4 joueurs, il vous propose de partir à la conquête d'un royaume peuplé de lapins.

Premier avis sur Bunny Kingdom : Présentation du jeu de société

“Mon royaume pour une carotte !!!!!” s’écria Lapoléon !

On parle ici de Bunny Kingdom, un jeu de Richard Garfield...Oui le nom vous évoque quelque chose. Allez… Un jeu addictif de cartes, de deck, mais oui Magic enfin voyons !

Des cartes… Tiens on y reviendra plus tard.

Donc ce Bunny Kingdom est un jeu pour 2 à 4 joueurs, pour un public ayant déjà un peu d’expérience et pour des parties au minimum de 45 minutes. A noter des superbes illustrations de Paul Mafayon (looney quest, seasons, pandaï….). Et édité chez Iello, qui n’est plus à présenter

Avant d’ouvrir cette boîte, notons le poids qui augure beaucoup de surprises et un dos qui dévoile les grandes lignes du jeu, un résumé en soi avec un souci de l’esthétique. Il y aura donc des cartes, un plateau, des châteaux, des lapins, des carottes…

Alors ouvrons…. Une règle de jeu conforme à l’esprit de la boîte, assez épaisse, superbes illustrations, explications simples et détaillées, au final assez accessibles. Un plateau de jeu, à la manière d’un échiquier, avec différents types de terrains, une piste de score à droite, visiblement les points sont des carottes d’or. Tiens il est petit ce plateau…

S’ensuit, le matériel composé de lapins en plastique trop choupinoux, des quart de coins, des cités en plastique de 3 tailles et un stock de cartes !!!!!

Le but du jeu, gagner un maximum de carottes d’or en développant son royaume de lapin.

Et pour ça, on va utiliser ce qui a fait le succès de Garfield, le draft… Et oui Bunny Kingdom est un jeu de draft. Et celui-ci va être couplé à un système de placement sur le plateau. On sent le grattage de tête qui commence.

Niveau jeu, on reste dans une mécanique classique. 4 manches en tout. Chaque joueur reçoit un certain nombre de cartes en fonction du nombre de lapin présent autour de la table. Une phase de draft où on sélectionne 2 cartes dans notre main, et on passe le reste au voisin, un peu à la 7 wonders. La résolution des cartes se fait dans la foulée. Celles-ci sont de natures différentes :

  • les cartes territoires qui localise nos placements de lapin, le fameux C4 touché coulé
  • les cartes construction, avec ses trois niveaux de cités
  • les cartes ressource , carottes (champ), bois(forêt), poisson(mer), pierres précieuses(montagne)
  • les parchemins, composés de missions (objectif) et de trésors
  • les ravitaillements, booster de deck
Évidemment toutes les cartes ne se jouent pas forcément à cette phase de draft, les trésors notamment sont résolus en fin de partie…

La phase suivante est une phase de construction avec ses restrictions et ses règles, mais relativement simple. C’est là que vont pointées les tours de vos cités

Enfin une phase de collecte qui correspond à un premier calcul de points en fonction de l’avancé de vos constructions avec la notion de fief. Celui-ci correspond à vos territoires et son importance réside par le nombre de tours présentes sur celui-ci et le nombre de ressources.

Et on recommence les 4 manches de la même manière.

A la fin, décompte des points des missions et des trésors et celui qui a le plus de carottes d’or gagne le titre de “grandes oreilles”

L'avis de Emmanuel

Bunny Kingdom figure dans mon top 5. 

Ce côté draft, placement est un système efficace et confère énormément d'interactions entre les joueurs. De plus l’esthétique et les illustrations apportent incontestablement un plus non négligeable pour en faire un bon jeu.

Alors oui, le plateau est petit, car il faut bien l’avouer, à sa sortie, une erreur de taille a un peu plombé et déçu bon nombre de joueurs et a un peu terni le succès qu’il mérite. Mais l’éditeur a rattrapé le coup en sortant un plateau XL et corrige le tir.

Ses détracteurs mettent surtout en avant son système de calcul de points déconcertant...On construit sur un tirage de cartes très aléatoire, comme un lancer de dés, tout en essayant de remplir des missions, sans savoir si à la fin elles seront validées. Et surtout sans trop savoir ce que font les autres autour de nous. Et le comptage final peut alors chambouler complètement les classements intermédiaires.

Et c’est précisément ce point qui m’attire dans ce jeu. Essayer de mettre des stratégies en place en ne sachant pas à l’avance si elles réussiront. Après tout, l’idée d’un jeu est de s’amuser en utilisant ses neurones et Bunny y arrive très bien.

Chaque partie étant complètement différente en fonction du draft, la rejouabilité est au rendez-vous.

Et si à cela on ajoute l’extension, Bunny in the sky qui ajoute un niveau dans le ciel, un 5ème joueur, et de nouvelles possibilités, les lapins ont encore de beaux jours devant eux.


Acheter Bunny Kingdom sur notre boutique

Produits associés

Partager cette découverte

Ajouter un commentaire

 (avec http://)

1 commentaires

create Jennifer alice rose peco


28/03/2020 22:18:37

J'adore. Ce jeu. Nous lavons acheté à tout hasard et franchement il fait parti intégralement de notre ludothèque. Jeu de draft de cartes et de placement de petits lapins tout mimi. Je recommande ce jeu !